Cross hasardeux de 154 kil

Récit de Patrick Villeneuve, le 20 Avril 2021.

Météo fufu voir surfufu annoncée pour mardi. Bonne instabilité et peu de vent, je surveille cette journée depuis samedi, et me met a rêver de boucler enfin un 200 kil.
J’ai deux déco à moins 10 bornes, Planfait et le col de la Forclaz, mais qui ne partent pas très tôt.
J’ai vu sur la CFD quelques traces de pilotes décollant à 11h00 du col de la Forclaz, et qui font un long glide vers le sud jusqu’à Faverges pour récupérer très bas les premières faces est de la tournette. C’est décidé, je vais tenter cela, avec dans l’idée de raccrocher la Sambuy, puis les faces est des bauges et de la chartreuse jusqu’à la bastille, puis retour classique vers Annecy en allant un peu plus loin que le Parmelan, et ça fera 200. Voilà le plan! A part le début, je connais tout le parcours donc ca pourrait le faire…

En étudiant la carte, je vois qu’il serait possible de décoller en face est du col de la Forclaz, au lieu-dit « les Chalets de l’Aulp », à 1400m au lieu des 1250 du déco officiel. Pas vu de traces CFD, mais c’est 150 mètres plus haut et en face est, c’est donc forcément mieux.

Me voilà donc à 9h45 au parking du départ de la montée à la tournette. A peine 30 minute de marche pour monter au déco. Dans la montée qui est encore à l’ombre, la brise descend la combe assez fort, je suis pris de doutes. Mais le haut est au soleil et quand j’y arrive à 10h15, il y a une légère brise de face. je suis seul, je peux choisir la meilleure place et me prépare méticuleusement, dans la lumière du matin et un paysage magnifique. J’aime ces instants qui mèlent grande concentration et beauté sauvage de la nature.

10h40, des petits cums se forment déjà sur les faces est de la tournette. Je décolle à 10h45 et longe la crête est du rocher du roux, en perdant très peu. Arrivé juste avant le col de la forclaz, premier thermique, je monte, l’option était donc bonne! Quelques minutes plus tard, à 1850m, je regarde avec une certaine jubilation les parapentistes qui décollent 600m plus bas du déco officiel pour un plouf assuré…
Direction les faces est de la tournette. Tiens il y a déjà 3 voiles qui grimpent là bas. Je ne sais pas d’où elles sont parties. Je passe l’éperon sud-est au-dessus de Faverges à 1300m, ca grimpe toute suite, je suis à 2300m à 11h20. Les 3 voiles qui me précèdent partent vers le nord. J’hésite à les suivre sans trop savoir pourquoi d’ailleurs, puis me ravise. Je me tiens à mon plan initial, direction la Sambuy. Je reprends un thermique sur un petit mont (le ‘mont de la motte’), puis arrive au pied de la Sambuy à 1550. Ca remonte très bien sur l’éperon nord-ouest de la Sambuy, et me revoilà à 2250, il est 11h50. C’est clairement fufu, les nuages ne sont pas trop gros, je me dis que c’est la bonne journée, le 200 kil, ca peut le faire aujourd’hui! En avant toute, direction le pic de la Sauge par les faces est…

11h20 – La Tournette

J’essaye de voler vite, mais en restant au-dessus de 2000m. Ca me parait plus prudent. 4 ou 5 guns me doublent par le bas, et un autre par le coté…. Pas grave je m’en fous… et puis ils me marqueront les thermiques.

11h55 Bauges Faces Est

Me voilà au pic de la Sauge à 2350 à 12h50. Tout un groupe d’ailes est déjà parti en transition vers le pied du granier. Je suis le mouvement.
Curieusement, ils se mettent à tournoyer à plusieurs en plein milieu de la transit, et font demi-tour vers la savoyarde. Qu’est ce qui se passe, ça va pas le faire ou quoi ?… Pourtant ca semble ok. Je continue sans me poser de questions. D’ailleurs je vois au loin un autre gun qui a continué en allant franchement vers le granier. Moi je vise St Marcel, je connais et je sais que ça va le faire à cette heure là.
Arrivée à St Marcel d’en haut à 800m à 13h10, le thermique de service est là et me remonte illico, en dérivant vers le sud. Parfait. Vu la journée, inutile de le suivre jusqu’en haut, je le quitte à 1500 direction les falaises. A partir de là, c’est un grand tout droit jusqu’à la bastille. Les conditions sont quand même bien musclées, et les nuages de plus en plus présents.

13h00 Transit vers Saint Marcel

Je parcours la chartreuse à contre sens et croise plein de parapentes sur la route habituelle du Granier. Sensation agréable de changer les habitudes. Et puis les faces est sont très belles à voir dans l’autre sens aussi même si ça manque un peu de soleil… J’entends les messages du club et les départs sur st-genis et Belledonne. Pour moi, le timing est bon et tout va bien…

A 14h00 au milieu du St Eynard, je croise les derniers retardaires vers le Granier, puis au rachais, quelques guns qui viennent du moucherotte.

14h10, je fais demi-tour vertical la bastille. Le timing est toujours nickel, mais je commence à me questionner sur le retour, avec tous ces nuages de plus en plus en plus sombres sur la Chartreuse. Repasser par les faces est, c’est pas très logique vu l’heure. J’envisage l’Ecoutoux, Chamechaude, lances de malissards,… , mais le ciel est vraiment trop chargé pour moi. J’aime pas les nuages, il me faut du bleu à proximité sinon la peur prend le dessus, je fuis et je finis posé…

Ca turbine dans ma tête… Il y a du bleu à l’ouest de la Chartreuse. Je rêve depuis longtemps de survoler la Grande Sure, et toute les montagnes entre Saint-Laurent du Pont et le Rachais où je ne suis jamais allé. C’est décidé, je vais tenter de rejoindre le Granier par là, en allant jusqu’au Mont Outheran, puis Mont Joigny. De là j’aurais du bleu dans la vallée de Chambéry.

Je fais le plein au Rachais à 2270m et transit à 14h10 en direction de la crête après le Néron (« La montagne du sac » sur les rochers de l’église). Il y a un magnifique cum sur le Néron, mais ça me fait faire un petit détour, alors je le néglige et laisse le Néron sur ma gauche (erreur…).

14h30 Face à la brise vers la montagne du Sac

Plus j’approche de la montagne du sac, plus les choses se dégradent, pourtant je suis haut. Ma vitesse/sol chute 25, 20, 15km. Ma finesse aussi, 3/4 à tout casser… Ca devient de plus en plus turbulent, je descends… J’avance plus qu’à 10km, parfois 5km, la finesse descend à 1 par moment, l’aile bouge dans tous les sens avec des bouffes thermiques inexploitables… je me demande si je vais passer la crête. J’imagine l’horreur : devoir poser dans la vallée de Grenoble, à reculons dans les maisons. J’envisage de faire demi-tour vers le Néron ou ailleurs, n’importe où. Il faut réfléchir vite.. Non, pas de demi-tour, la sortie c’est par devant. je suis pris dans la brise, je pense au livre de Kelly farina (Merci le club) que je viens de lire… Je passe un sale moment, et je tremble pas mal de partout tout en pilotant à 100%… Faut avancer, pas d’autre solution viable, j’essaye de mettre du barreau dès que ça se calme… Tout doucement je progresse, je vois que je vais finir par passer cette foutue crête… Enfin j’arrive à son niveau, je passe au vent, mais j’ai le cerveau en vrac. J’oblique vers la droite pour m’éloigner de cette foutue brise. Je traverse une zone qui monte à +3, mais j’enroule pas !! je veux fuir la brise en me rapprochant des rochers de Chalves au nord. Evidement, une fois le thermique passé, ca descend fort et cette option au Nord me remet dans une zone turbulente, ou ca dégueule. Le vent déboule du Nord-ouest et je me retrouve sous le vent de la crête suivante.
Retour en arrière là où ça montait, au vent de la montagne du sac, c’est par là la sortie. Le thermique est toujours là, et je remonte à 2000m sans faire le plein total (cerveau pas encore remis), puis direction les rochers de Chalves ou je passe en ouest cette fois. Le vent est clairement NO, j’avance à 25 km, mais ce n’est plus turbulent. Le ciel est quand même bien gris et je prends un espèce de grésil fin pendant quelques minutes (pas rassurant dans mon état, et puis c’est la 1ère fois que ça m’arrive), pourtant le ciel bleu n’est pas très loin.

Je découvre enfin de nouvelles crêtes magnifiques, les rochers du Lozier, magnifiques avec le plateau encore enneigé, puis la Grande Sûre, le tout à 1800m proche du relief, donc j’en ai plein la vue… La grande Sûre c’est fait, il est 15h05, belle petite victoire!

15h00 Rocher du Lauziers et Grande Sure

Je continue d’avancer vers le nord, et j’arrive à Saint-Laurent-du-Pont, ou je reprends un peu d’altitude (1500) avant de traverser les gorges du Guiers Mort. La face sud du Guiers mort, j’y suis déjà venu une fois (en 2015) en tentant le tour de la chartreuse dans le sens anti-horaire, et j’ai justement posé à cet endroit, donc méfiance… d’autant plus que j’arrive bas, et que je zone dans du 0m/s à moins de 1000m. Mais au bout de 10 minutes je trouve la sortie et remonte à 1800, il est 15h41. J’ai dû faire quelques progrès depuis 2015 🙂

15h20 transit vers la Cochette

Le mont Outheran est en vue maintenant. Il faut que je passe par la Cochette, mais coté nuages, c’est pas engageant. Le mont Outheran, ca va encore, mais visiblement il pleut sur le Granier… Même si j’y arrive en admettant qu’il ne pleuve plus, comment ça va être dans les Bauges ? Certainement pire ! Le chemin du retour classique me semble compromis.
En attendant, je me dirige vers la pointe de la cochette, et je refais un petit plein à mi-chemin, sur la petite falaise du hameau « Les égaux ». Il est 16h07, je suis à 1600m et il pleut toujours sur le Granier… Bon, on fait quoi maintenant ?

Il me vient à l’esprit une possibilité que j’avais étudié en épluchant les traces CFD : Contourner le lac du Bourget par le Nord, et essayer de rejoindre le col du Sapenay. De là, il y aura une grande traversée en plaine pour rejoindre le Semnoz, mais si j’y arrive, c’est le retour à Doussard assuré. Quelles sont mes chances d’y arriver ? Il y a une bonne instabilité, le vent de Nord-ouest me facilitera le passage en plaine. En difficultés, la CTR 1 de Chambéry à contourner, avec ses limites que j’ai trop vaguement en tête, des reliefs très bas après la dent du Chat, l’horaire, ça va encore, mais tout juste…

En fait, je n’ai de toute façon pas vraiment d’autres options, donc go, c’est parti pour tenter de rejoindre le Sapenay.

Je perds un peu de temps au mont Beauvoir, mauvais placement ne tenant pas compte du vent de NO, puis j’en perds aussi le long de la montagne du Chat en voulant faire du tout droit. Ca marche très bien d’habitude, mais quand c’est super fufu, entre les gros thermiques, ça descend, et ça m’oblige à faire un retour arrière qui me bouffe du temps. J’arrive au relais du Chat à 17h25, c’est déjà très tard. En plus pas de thermique à la dent du Chat, c’est du dynamique laminaire, et je suis obligé de me mettre en attente en zonant à 1200m…Pas bon… Le temps passe tic-tac tic-tac, et il faut faire quelque chose. Je regarde vers le granier au loin. Ca semble s’être dégonflé. Mais si je retourne là-bas, il me faut 1 heure mini. Quelles sont mes chances de pouvoir retraverser les bauges… Non il faut continuer le plan vers le Sapenay, au petit bonheur la chance… Et puis je préfère tenter cette aventure pour l’aventure justement.

17h55 Mont du Charvaz

Finalement un thermique passe au relais du chat et me voilà à 1900m. C’est parti vers le nord. Je me souviens de mémoire que pour ne pas toucher la CTR 1, il faut aller tout droit en visant l’ouest de la prochaine butte (Le mont de la Charvaz). J’y arrive à 1100m et trouve un bon thermique qui décale vers le sud-est. J’ai flyskyapp sur mon tel devant les yeux, mais j’ai pas les espaces aériens, et là j’en ai vraiment besoin… Pourquoi j’ai pas acheté cette option !! d’autant plus que pour l’instant, FlySkyApp, je ne l’ai pas regardé 1 seule fois en vol.
Je ne sais pas où s’arrête la CTR 1, et du coup je quitte le thermique à 1300m pour être sûr de l’éviter (En fait j’aurais pu continuer à monter encore, dommage). J’avance encore un peu vers le nord et trouve un truc qui me monte à 1350m, mais il est déjà 18h15. Je continu vers nord, mais je n’y crois plus… C’est trop tard… mais on va jouer jusqu’au bout, au moins pour le fun…

18h26, je suis arrivé au nord du lac, je n’ai plus que 250m d’altitude sur la plaine. Je survole la magnifique petite rivière du bout du lac (le canal de Savière), qui ressemble à une mangrove à cet endroit là. Il y a un voilier amarré entre 2 arbres, c’est très joli, on dirait la rivière la salée en Guadeloupe… Je pose dans le champ juste après… C’était bien tenté, mais trop d’erreurs accumulées m’ont fait arriver bien trop tard au relais du Chat.
Comme souvent, l’échec est une suite d’erreurs qui ont commencées bien plus tôt. Dans mon cas, c’était d’avoir négligé le passage par le Néron, qui m’aurait assuré un plaf pour rejoindre les rochers de Chalves sans stress et sans perte de temps. Manque de connaissance des faces ouest de la chartreuse (Guiers mort), mauvais placement au Beauvoir, négligence de thermique sur le chat, pas de carto des zones aériennes… Mais ce jour là, sans erreurs, ca aurait pu le faire de rejoindre le Sapenay, en arrivant 1 heure plus tôt.

18h25 Fin du lac du Bourget

7h46 de vol tout de même. Il est 18h33. Maintenant la deuxième aventure de la journée commence, rentrer à Doussard en stop. Mais j’ai un atout clé à jouer : Mon nouveau panneau « retour parapente ». Le précédent, je l’ai donné à une charmante auto-stoppeuse qui nous a descendu Man’s et moi du pied du pic de la Sauge ou on s’étaient échoué le 1er avril. Il était joli mon panneau, elle voulait le donner à son fils en souvenir, je pouvais pas refuser vu le pétrain d’où elle nous sortait… En voyant le panneau « retour parapente » de Man’s on ne peut plus basique (avec tout le respect que je te dois Man’s si tu lis ces lignes), j’ai pris conscience qu’un top panneau pourrait faire la différence.
Mon nouveau panneau est vraiment top! La 2ème voiture qui passe s’arrête 150m plus loin et fait demi-tour pour venir me rechercher. Me voilà à la Biole. 4 voitures plus tard et je suis pris et me voilà à Rumilly. une 15zaine de voitures et je suis pris par Clément, un jeune ébéniste qui habite à Doussard (ca c’est du bol triple+++). En voyant mon panneau, il a cru que j’étais moniteur de parapente… 🙂

18h50 – Mon panneau

20h15, je suis à la maison , un peu crevé, mais quelle journée !!
Le temps d’arriver et de raconter ma journée, j’ai raté la conférence de Serge… bon tant pis, j’aurais les échos…
Ce cross là, ce sera pour une prochaine fois si ça se présente…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :