La trilogie de Chartreuse du 11/08/2020 (Giom)

Cela faisait quelques temps que je souhaitais (re)décoller de Pravouta. Je me décide donc pour y monter ce mardi 11 août. Le plan est le suivant : Stop à Saint Nazaire avant 10h30 pour espérer être au col du Coq avant 11h30, réaliser les 30 à 45 minutes de marche et décoller à maxi 13h00. Finalement, le stop marche formidablement bien – première voiture – et la montée à pied se fait bien (environ 30 minutes). Je suis donc au déco aux alentours de 11h30. C’est beau ! Du monde est déjà là, parfait !

Observation : Il y a de bons cycles en EST, le déco est assez propre, ça va le faire.

Réflexion : Il faut absolument que je pense à assaisonner mes pâtes…

Je décide de patienter un peu, surtout que je commence à voir quelques ailes arriver de Saint-Hilaire. Clairement les conditions ne sont pas encore en place, et j’aimerais bien réaliser mon projet du jour : Un tour en Chartreuse, plus ou moins grand mais qui consiste à visiter : Granier, Dent de Crolles, Scia, Grand Som, Chamechaude et éventuellement le Charmant Som… vu que je ne m’aventure que rarement en Chartreuse, cela me parait ambitieux mais me plait bien !

Observation : Les rapaces enroulent le thermique autour du déco

Réflexion : La montagne c’est quand même chouette !

Les cycles sont plus forts, plus fréquents, les conditions se mettent en place ! Je me décide à me préparer, après être remonté un peu plus haut que le déco pour m’assurer de la direction de la brise, ça va être bon ! Peu avant de m’attacher, Etienne arrive au déco, alors je l’attends et lui explique mon projet ! Validé, nous essaierons de voler ensemble.

Le déco se fait bien, en Est, face à la vallée du Grésivaudan, et je me laisse glisser le long de l’arrête de la face sud-est étant convaincu d’y trouver un thermique…. qui n’y est pas ! Je vise alors la pointe du Bec Charvet, suivi de près par Etienne. Nous trouvons un (petit) thermique (très) désagréable que je n’arrive pas à cerner en ce début de vol. Avant de me retrouver dans les basses couches je décide de tenter ma chance sur le pilier sud de la Dent de Crolles, petit signe à mon compagnon de vol et plein gaz sur la Dent. Je file vite, il semble y avoir une couche de vent de sud, et je n’aime pas ça. Etienne trouvera un thermique au col du Coq et nous ne nous reverrons plus ! Le pilier sud de la Dent est mou, je me force à rester dans une zone « moyenne » et à ne pas fuir en avant, comme je le fais bien trop souvent !


  gptempdownload-10 (1)
Le massif de la Chartreuse

Au fur et à mesure des mètres gagnés, je me laisse pousser vers le nord, jusqu’au Pas de Rocheplane où je parviens – enfin ! – à sortir de cette couche et à passer les crêtes ! Maintenant bien haut à 2800m, je pense aller au Granier mais un léger vent de Nord, et surtout les copains en radio se dirigeants vers la Scia, je m’oriente vers l’intérieur du massif, maintenant bien allumé ! Nous sommes trois à prendre l’ascenseur direction les 3000 ! Les conditions sont puissantes mais saines alors le vol devient confortable ! Je décide de suivre mes nouveaux compagnons jusqu’au Grand Som – que je n’ai jamais survolé – et de visiter par les airs le fameux monastère, j’en prends plein la vue avec un nouveau plaf’ à 3000 ! Décidé à faire mon tour, j’hésite à me diriger vers le Charmant Som, mais il n’y a pas de cum’ et il n’y a personne là bas !



Demi-tour direction la Scia – nouveau 3000 – puis je vais survoler mon déco du jour en lorgnant sur un posé à la Dent de Crolles. A ce moment là, je vois une aile se faire tordre dans tous les sens sur la face sud, et je balaye le ciel à 360°, il y a pas mal de cunimb’ un peu partout donc fin de la promenade je décide d’aller me poser à la voiture à Saint Nazaire.

gptempdownload-15
Le retour vers la Dent de Crolles et Pravouta
gptempdownload-16
Pravouta

Mais la magie du parapente parle encore une fois. En passant au dessus de la forêt de l’Emeindras, un gentil thermique me cueille et me remonte à 2100 m… Alors je me jette sur Chamechaude dans l’idée de « juste aller voir » la face Est. Une fois arrivé, j’ai perdu plus d’altitude que prévu et deviens un peu inquiet à l’idée de devoir batailler pour revenir. Finalement, je trouve un – gros – thermique teigneux sous le vent et sors à quasi 2700 m. Satisfait et heureux de ma promenade du jour, je décide – pour de bon – de me laisser glisser en vallée avant d’aller poser. Les 400 derniers mètres sont, comme prévus, assez désagréables mais le retour sur la terre ferme se passe bien. Encore un vol sympathique, pour ceux qui ne cherchent pas les kilomètres !

La trace du vol : https://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/vol/20290757

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :